Lutter contre le gaspillage par une gestion efficace des petits matériels médicaux d’occasion. C’est l’offre de la plateforme France Médical Enchères. Il s’agit d’un système d’enchères qui donne aux établissements de santé, publics ou privés, la possibilité de vendre toutes les sortes de matériels. Sa particularité ? Elle cible plus précisément le petit matériel que les établissements n’auraient pas forcément eu la possibilité de vendre ni même l’idée…
Ouverte au printemps dernier elle a déjà trouvé son public : parmi ses clients, une dizaine de CHU, une quarantaine de CH et une soixantaine d’établissements privés. Ce 30 août la plateforme organisait sa deuxième vente avec plus d’une quinzaine de vendeurs et 263 lots. Quelle est l’utilité de ce type de formule pour un établissement de santé ? Le CHU de Lille (Nord) apporte son témoignage.

Sécurité et transparence

Habitué des ventes de gros matériel type TEP Scan, l’établissement cible désormais plus précisément la revalorisation du matériel. « Depuis près de trois ans, le CHU a entamé cette démarche, à ceci près que nous ne sommes pas des experts de l’occasion, seuls nous pouvons rencontrer des difficultés par exemple nous ne sommes jamais certains du paiement » confie le Directeur des équipements du CHU, Denis Vandycke. « Une difficulté levée avec l’utilisation de cette plateforme, qui agit en toute transparence, en sécurisant les paiements. »
« Le marché du petit matériel est dynamique, notre objectif c’est de faire le lien, en toute transparence donc, entre acheteur et vendeur. Nous connaissons les prix et nous nous engageons auprès de nos clients » confirme à Hospimedia Jean-Pierre Cardoso, directeur de la société Medtrada, maison mère de France Médical Enchères, qui affiche une volonté de « zéro litige ». Il s’agit ainsi d’avoir la garantie de vendre « au prix du marché » et en toute confiance, puisque le paiement transite par la plateforme puis peut être viré à tout moment sur le compte du vendeur.

Développement durable et valorisation

Car au-delà de l’enjeu en termes de développement durable, la démarche est source d’économie. Le CHU lillois a par exemple économisé 380 000 euros en 2018 via les enchères. Cette année en ciblant plus précisément sur des objets plus petits et moins chers, il devrait empocher environ 200 000 euros. « On économise bien sûr sur le traitement des déchets, c’est une manière de faire du recyclage » souligne Denis Vandycke. Du tensiomètre au mobilier, tout se vend et tout est vendable. Ce qui surprend d’ailleurs parfois les vendeurs eux-mêmes. « Cela nous permet aussi de vendre du matériel que l’on n’aurait pas imaginé pouvoir vendre. Nous venons par exemple d’écouler des tables d’opération de 19 ans d’âge, Jamais nous n’aurions cru que cela trouverait preneur » illustre Denis Vandycke. Une partie des acheteurs est aussi intéressée par la récupération de pièces détachées.
Qui sont d’ailleurs ces acheteurs ? « Beaucoup d’acheteurs - même si nous ne savons pas précisément qui achète – travaillent dans le secteur vétérinaire, nous

avons aussi des établissements de taille plus petite, et notamment des Ehpad, qui sont intéressés.
Ce qui est obsolète pour un CHU ne l’est pas forcément pour tous les établissements, qui ne peuvent pas forcément se payer du matériel neuf de cette qualité » détaille Denis Vandycke.


Effectivement, la plateforme sert d’intermédiaire dans tout le temps processus de vente. « Il est vrai que la gestion du parc d’occasion s’avère parfois problématique, question de l’espace de stockage, de la traçabilité, de l’optimisation du temps, du recyclage…Le gain pour le client est donc aussi organisationnel et le soutien, logistique. « Nous proposons tous les services, emballage, mise sous caisse, transport…et comme pour toute enchère, les produits sont vendus sans garantie, mais nous sommes garants, pour nos tests et nos annonces détaillées, de la qualité de ces produits » précise Jean-Pierre Cardoso. Un sérieux plus, si l’on juge par les retours clients : « La plateforme apporte un avantage, par ces nombreux services. À mon sens, l'une des plus-values les plus importantes concerne la sécurisation des données. L'entreprise travaille avec les fabricants, pour effacer toutes les données patients, sur un échographe par exemple. Et pour nous, cette garantie de sécurisation de la vente, c'est primordial", complète Denis Vandycke.


Cette plateforme, qui se rémunère sur les ventes, ne s'arrête donc pas au processus de vente, mais prend en charge toutes les étapes de la transaction, dans les 48 pays dans lesquels elle est présente. Elle compte par ailleurs poursuivre son développement à l'international, le marché étant dynamique et la concurrence rare - une entreprise au Royaume-Uni - sur ce créneau du petit matériel. De quoi multiplier encore les potentiels de vente.

 

hospimedia.fr / 30 août 2019 18h09  écrit par Clémence Neyrac

 

Voir article sur le site de Hospimedia  (réservé aux abonnés)

D'autres articles

Jean-Pierre Cardoso dirigeant de France Médical Enchères interrogé par Elisabeth Assayag dans l'émission La France bouge sur Europe1

FME et l'upcycling sur Europe1, La France bouge.

Le 23 juillet 2020, Jean-Pierre Cardoso, président de France Médical Enchères, a été interviewé par la journaliste Elisabeth Assayag dans le cadre de l'émission La France Bouge sur Europe1, sur le thème de l'upcycling.

Interview de Jean-Pierre Cardoso sur Pharma radio

Présentation de France Médical Enchères

Nous allons découvrir cette nouveauté et nous demander si cela peut également exister dans le monde pharmaceutique
ventes aux enchères de matériel médical d'occasion

FME va transformer l'efficacité et la logistique des établissements de santé en france

A l’heure où le contrôle des coûts devient crucial pour les établissements hospitaliers qui veulent préserver la qualité des soins dispensés tout en améliorant leur gestion, le lancement de la plateforme FRANCE MEDICAL ENCHERES va permettre de lutter contre le gaspillage par une gestion efficace des petits matériels médicaux d’occasion. Ce système d’enchères basé sur une confrontation transparente entre l’offre et la demande donnera la possibilité aux établissements de santé publics et privés français d’accéder au marché international et d’obtenir le vrai prix du marché. FRANCE MEDICAL ENCHERES est une joint-venture entre MEDTRADA SAS et BRITISH MEDICAL AUCTIONS Ltd.